Nouvelle Donne, Joachim Trier


entre NorWave et no wave.
Joachim Trier, dont le Oslo, 31. august est en compétition dans la catégorie Un Certain Regard cette année au Festival de Cannes, est un héritier de Nouvelles Vagues.

reprises

Voilà un vrai film de cinéphile dans lequel l’invocation de littérature et de souvenirs questionne l’aspect cyclique de la vie, du cinéma et la possibilité de transcendance. Film conceptuel sur la reprise (et la perte), Nouvelle Donne est fait de répétitions, de variations et d’hommages.

den nye norske bølge?

Petit-fils de l’unique cinéaste norvégien vaguiste, Erik Løchen réalisateur de l’excellent film La Chasse, Joachim Trier explore trois nouvelles vagues dans son premier long-métrage de 2006: Nouvelle Donne (Reprise en Norvégien).

Petit-fils disais-je.
Si vous ne connaissez pas encore le cinéma de son grand-père maternel, réservez votre première semaine de juillet et allez découvrir et confronter ce que vous savez du cinéma norvégien au Festival International du Film de La Rochelle.
Vous découvrirez des adresses directes à la caméra, des allusions à la mythologie nordique et un jeu de montage maniériste qui horripilera les critiques des Inrocks.
Surtout, vous aurez un exemple rare d’une œuvre moderne de la Norvège des années 50/60.

nouvelle vague

Connaissant plutôt bien le cinéma du grand-père, je retrouve beaucoup de lui dans le premier long-métrage du petit-fils.
Il y a le couple d’amis, la belle, le jeu sur les temporalités et une touche de mélancolie.
Et oui, il y a aussi beaucoup de Nouvelle Vague option Truffaut, Godard, Robbe-Grillet, Duras et autres auteurs fascinés par la culture. Le début du film notamment, avec son Paris plein de clichés à faire ternir toute comédie sentimentale hollywoodienne, est un hommage vibrant à un cinéma parisien des années 60 qui n’a jamais complètement reflété la réalité de la ville.

new wave

Nouvelle Donne est donc plus qu’une simple histoire de deux amis écrivains grandissant et perdant leurs illusions, pendant que la musique new wave accompagne leurs élucubrations.
C’est un film, une représentation, une distanciation qui déplaît, et c’est tant mieux, aux bobos adeptes des jeans informes et des barbes de trois jours.

Un film plein de grâce en somme.




Abonnez-vous à la newsletter

Signup now and receive an email once I publish new content.

I will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.