Element of Crime, Lars von Trier


Une fin du monde.

Premier long-métrage de Lars von Trier et première partie de sa trilogie européenne, Element of crime, présenté au Festival de Cannes en 1984, est un thriller hypnotique dans une Europe décadente.

You will now listen to my voice

Element of Crime, titre d’un livre suivant l’enquête encore infructueuse qui démasquerait un tueur en série, préfigure Epidemic. Comme dans la pseudo mise-en-abyme de 1987 où Mesmer répandra la peste en voulant l’éradiquer, Element of Crime perpétue le mal.
Personnage perdu dans les teintes automnales d’une Europe polyglotte et sans identité, Fisher, policier à la retraite digne héritier des polars américains, doit enquêter sur un criminel trop proche de lui. Sous hypnose, comme d’autres protagonistes après lui dans Epidemic et Europa, il erre dans les strates obscures et humides de son inconscient. Jusqu’à ce que l’abominable vérité éclate.

Un film sous influences

On a souvent reproché aux premiers films de Lars von Trier leurs perceptions distantes, décors abstraits et lumières travaillées. C’est tout à fait juste, mais ce sont là des généralités. Or, en revoyant Element of Crime, on est frappé par l’influence exercée, non pas par l’école expressionniste si elle a jamais existé, mais par un film expressionniste en particulier.

En effet, combien de films en sépia, jaune et bleu utilisant un décor oppressant, un récit en flashback et l’hypnose connaissez-vous?
En-dehors d’Element of Crime, je n’en connais qu’un: le film de Robert Wiene: Le Cabinet du Docteur Caligari.

Là où on ne voyait que Dreyer option Vampyr, Bergman d’A travers le miroir à l’Œuf du serpent ou Tarkovski, on redécouvre d’autres pierres d’angles dans le cinéma de Lars von Trier. Il y a bien sûr le « E » des titres de la trilogie européenne contre le M de Fritz Lang, mais ils sont tellement visibles qu’ils ne peuvent être qu’inintéressants.

Ce n’est pas le « Lars von Trier expressionniste » qui vaudrait une étude approfondie, mais bien la résurgence de films particuliers dans son œuvre.




recherches populaires