Amanda, le César de l'industrie cinématographique norvégienne

2001-2010: quelle recette pour être élu meilleur film norvégien?


Alors qu’un film über-norvégien réussi s’évertue à exploiter visuellement la lutte d’un protagoniste contre un système, c’est le film de groupe, dans lequel l’individu a une identité très friable ou malléable qui paradoxalement obtient dans plus de 80% des cas le prix du meilleur film norvégien.

Retour sur les films de ces dix dernières années avec pour chaque édition:

  1. le film nominé le plus singulièrement norvégien
  2. et le film primé par la récompense suprême de l’industrie cinématographique norvégienne.

Attention: choc cinéphile imminent!

2010:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Un Chic type: Un ex-taulard quinquagénaire essaie de retrouver sa place dans la société. Il est étranger, évolue dans un milieu absurde et aimerait se réconcilier avec son fils.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Upperdog! Un film choral sur la Norvège contemporaine et les tiraillements d’une jeunesse qui cherche à se réconcilier avec son histoire.

Atouts principaux: groupe, guerre, identité, jeunesse, Norvège contemporaine

Anders Baasmo Christiansen dans le film norvégien Nord de Rune Denstad Langlo

2009:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Nord: Un homme entreprend seul un voyage en scooter des neiges vers le nord de la Norvège pour retrouver sa place de père. Il fait des rencontres surprenantes qui l’aideront à grandir avant d’atteindre le but de son périple.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Opération Sabotage! l’histoire authentique de Max Manus, le héros sabotant les navires allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale. Un des rares films übernorvégiens à avoir gagné l’Amanda le plus important.

Atouts principaux: faits réels, guerre, identité, jeunesse, Norvège historique, résistance du héros

2008:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Autant en emporte la femme: Un homme est peu à peu envahi par une femme qui veut tout chambouler dans sa vie et lui imposer de grandir.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: L’homme qui aimait Yngve! L’adolescence en Norvège dans les années Quatre-Vingt: la musique, la politique et une homosexualité latente. J’ai beau cherché, je ne comprends toujours pas pourquoi le film a obtenu l’Amanda du meilleur film norvégien (si ce n’est pour sa BO et la meilleure première scène de film de ces dernières années).

Atouts principaux: groupe, identité, jeunesse, Norvège historique

2007:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: L’Art de la pensée négative: Un homme infirme est révolté par le rôle auquel la société (sa famille, ses amis, les autorités) veut le cantonner: un hymne au libre arbitre.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Nouvelle Donne! Une histoire de jeunes Osloïtes en proie aux doutes, au stress, aux déceptions professionnelles ou amoureuses.

Atouts principaux: groupe, jeunesse, Norvège contemporaine

2006:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Norway of life: Un trentenaire débarque dans un monde trop parfait où tout est beau, sans douleur et sans joie. Las de cette vie plastifiée, il n’a qu’un besoin, celui de le quitter à tout prix.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Free Jimmy! le premier long-métrage norvégien d’animation pour adultes. Une histoire de jeunesse, de drogue, et de trafic dans les montagnes tout au nord du pays.

Atouts principaux: groupe, jeunesse, Norvège contemporaine

2005:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Uno: un jeune homme essaie de combiner ses rôles de frère aimant, d’assistant loyal et de petite frappe. Tiraillé de tous les côtés, il est en train de se rendre compte qu’il va falloir assumer ses responsabilités et se stabiliser un peu.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Hawaii, Oslo! un film choral où à la Short Cuts, les protagonistes aux vies mouvementées se croisent et se recroisent dans l’Oslo contemporain.

Atouts principaux: groupe, Norvège contemporaine

2004:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Bázo: un Samé un peu retardé hérite de son frère. Il va devoir s’adapter, assumer et réaliser qu’il est quand même un chic type.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Buddy! Un jeune homme largué par sa petite amie se confie à sa caméra. Une TV transforme sa vie en realityshow à succès, aux dépends de ses amis. Choisira-t-il la gloire ou l’amitié?

Atouts principaux: groupe, identité, jeunesse, Norvège contemporaine

2003:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Jonny Vang: Un loser qui habite toujours chez sa mère essaie de créer une entreprise prospère à la campagne malgré les difficultés financières et relationnelles qu’il entretient.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Chroniques de cuisine! Un expert suédois vient faire des expérimentations dans la cuisine d’un vieux célibataire norvégien. Les deux bonshommes vont devoir apprendre à s’apprivoiser: un film übernorvégien récompensé!

Atouts principaux: faits réels, groupe, Norvège historique, résistance du héros, vieillesse

2002:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Dina: La vie de Dina, femme indépendante, contre les bonnes mœurs du XIXème siècle.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Alt om min far! un documentaire sur le père travesti du réalisateur Even Benestad. La téléréalité est passée par là.

Atouts principaux: faits réels, identité, Norvège contemporaine, résistance du héros

2001:

Tandis que le nominé übernorvégien de l’année était: Detektor: Un homme part à la recherche du sens de sa vie en suivant le bijou trouvé par son détecteur de métaux.
L’Amanda du meilleur film norvégien fut attribué à: Cool and crazy! un documentaire de mon cher Knut Erik Jensen sur un chœur d’hommes dans le nord de la Norvège.

Atouts principaux: faits réels, groupe, Norvège contemporaine, vieillesse

Amanda: comment être nominé pour le meilleur film norvégien?

Résumons: pour être nominé à l’Amanda il vous faudra:

  • une histoire écrite ou scénarisée par Erlend Loe (Nord, Autant en emporte la femme, Detektor), Harald Rosenløw-Eeg (Hawaii, Oslo, En eaux troubles, Uro) ou Lars Gudmestad (Keeper’n til Liverpool, Fatso, Buddy)
  • un personnage ou un petit groupe défiant la société (faisons comme si Une Éducation Norvégienne était déjà présélectionné pour 2012)
  • un espace métaphorique magnifiquement traité par votre directeur de la photographie préféré.

Amanda: comment gagner le prix du meilleur film norvégien?

Pour gagner l’Amanda du meilleur film, il vous faudra en revanche:

  • baser votre film avec la devise « un pour tous et tous pour un » (avec cette recette Kon-Tiki gagnera certainement en 2013)
  • avoir un ancrage dans l’histoire de la Norvège (passé ou présent) et éviter tout cadre abstrait pour ne pas dérouter les spectateurs
  • exploiter la crise d’identité ou la crise de la quarantaine, ou la crise d’adolescence, bref une crise.

Mon analyse des films norvégiens nominés et récompensés entre 2001 et 2010 est la suivante:

Les Norvégiens produisent des films dans lesquels ils fantasment un état de liberté, d’individualisme et d’inaliénation pour s’évader de leur réalité, que paradoxalement ils récompensent.
Quand le Suédois Björn Rosengren déclara en 1999 que la Norvège était le dernier état soviétique, il marqua un point les esprits. L’Amanda du meilleur film a récompensé ces dernières dix années des films dans lesquels la cohésion du groupe est problématisée. Le groupe se consolide ou il se désintègre. L’important c’est qu’il soit l’objet de l’histoire.
A noter que lorsqu’il se disloque, il séduit le public; ce que vous découvrirez demain.







recherches populaires