Aksel Hennie se tondant juste après l'accident de voiture dans Headhunters de Morten Tyldum d'après Jo Nesbø

Headhunters – Chasseurs de têtes {Hodejegerne}, Morten Tyldum 3


Le meilleur polar nordique des 10 dernières années.

Time Out a dévoilé il y a quelques jours sa recette pour créer un best seller dans le genre Nordic Noir; et tandis que vous attendez impatiemment la version américaine des Hommes qui n’aimaient pas les femmes, vous allez découvrir aujourd’hui le meilleur thriller scandinave de la décennie: Headhunters – Chasseurs de têtes (Hodejegerne) de Morten Tyldum.

Adapté du roman éponyme de Jo Nesbø, Chasseurs de têtes est un polar norvégien.
L’intrigue, j’en ai parlé plusieurs fois sur cineaster.net est une histoire de chasseur de tête, tour à tour voleur de tableau et pisté par un des candidats qu’il pensait recruter.
Autant le roman de Jo Nesbø m’a ennuyée par son manque de rythme et l’exploitation de peu de thèmes littéraires, autant l’adaptation visuelle de Morten Tyldum (à qui on devait déjà Buddy) est une totale réussite.

Soit, les puristes ne manqueront pas de relever que Roger Brown est devenu blond vénitien et que le Néerlandais Clas Greve est devenu Danois (sous les traits de l’excellent Nikolaj Coster-Waldau de Game of Thrones). Peu importe pour les cinéphiles que nous sommes: le film Chasseurs de têtes (à l’heure où j’écris ces lignes, je ne sais pas encore si le titre retenu pour la distribution française sera Headhunters ou Chasseurs de têtes) est un grandiose polar nordique sur la manipulation, la jalousie, le besoin de contrôle et les investissements à risques.

Ressources (in)humaines

Divisé en trois parties rythmées – au contraire du livre -, Headhunters – Chasseurs de têtes est un thriller mêlant:

  • le monde de l’art (des lithographies de portraits de Munch à La chasse au sanglier de Calydon de Rubens)
  • les ressources humaines
  • la chasse à l’homme sur fond de géolocalisation.

Roger Brown, chasseur de têtes option ressources humaines, est en faillite personnelle. Au bureau, il questionne les candidats. Une fois que Roger Brown s’est assuré des routines des-dits candidats, il profite de ses pauses déjeuners pour dérober leurs plus précieuses toiles.

Lors d’un vernissage organisé par sa galeriste d’épouse, il rencontre Clas Greve, ancien mercenaire et directeur d’une société de géolocalisation étrangère. Clas Greve est charismatique, détenteur présumé d’un Rubens qu’on pensait disparu, mais il est étranger et surtout, pas du tout intéressé par le poste que lui propose Roger Brown.
Pistant sa nouvelle proie incarnée par Clas Greve, Roger Brown va bientôt être chassé à son tour.

Traverser les cercles de l’enfer: l’eau, la merde et le sang

Headhunters – Chasseurs de têtes débute dans un cadre Yuppie où costumes, cynisme et carrières sont les trois C du succès. Cette partie, urbaine et agréable à regarder s’achève par une renaissance dans l’eau d’un personnage qu’on pensait mort. Dès lors, l’histoire change de tonalité et de cadre en se déplaçant dans un chalet bordant une forêt.

C’est là que le cercle d’emmerdes – et de merde – de Roger Brown prend une toute nouvelle dimension. Lui qui n’était que signes extérieurs de richesse va devoir sacrifier sa montre, sa carte de crédit, son téléphone et tout ce qui pourrait permettre de l’identifier. Roger Brown est devenu le gibier jouant à cache-cache dans la forêt avec ce tueur aguerri qu’est Clas Greve.

On le croira sauvé un instant. Toutefois, Roger Brown devra traverser une troisième mort symbolique de couleur sang avant d’affronter à nouveau le candidat qu’il croyait idéal.

J’ignore encore où et quand Headhunters – Chasseurs de têtes sera montré en France (dans un festival, sur une chaîne de TV?) et je vous invite à guetter tous les événements susceptibles d’héberger la diffusion de cette œuvre. Headhunters – Chasseurs de têtes est en effet le meilleur thriller nordique de ces dix dernières années et mérite l’attention de tout cinéphile avide de sensations septentrionales.

Abonnez-vous à la newsletter

Signup now and receive an email once I publish new content.

I will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.

recherches populaires

3 commentaires sur “Headhunters – Chasseurs de têtes {Hodejegerne}, Morten Tyldum

  • Phil

    J’étais en train de lire du Jo Nesbo (Le bonhomme de neige) et je me suis dit pourquoi ne pas regarder un film basé sur un de ses livres. Bien m’en apprit puisque j’ai vu un des meilleurs films de ces 10 dernières années. Enfin du bon cinéma avec un excellent scénario soutenu par des acteurs plus que convaincants. Bravo !

Les commentaires sont fermés.