Mads Mikkelsen et Nikolaj Lie Kaas sont les Bouchers Verts de la comédie noire danoise d'Anders Thomas Jensen

Les Bouchers Verts {De grønne slagtere}, Anders Thomas Jensen 1


Les Bouchers Verts (De grønne slagtere) est une comédie danoise de 2003 réalisée par Anders Thomas Jensen.

Les bouchées doubles.

Les Bouchers Verts aurait pu être un film norvégien. En effet, le second long-métrage d’Anders Thomas Jensen après Lumières Dansantes suit l’histoire ordinaire de personnages extraordinaires – formule recyclée sur twitter l’an passé pour définir une tendance de la comédie norvégienne – ici la success story de deux collègues ouvrant leur propre boutique.

Si vous avez des doutes concernant la norvégianité du thème, rappelez-vous d’Elling, d’Un Chic Type ou de Kitchen Stories, l’histoire d’hommes adultes excentriques découvrant une vie normale: avoir son propre logement, trouver un emploi ou faire la cuisine.

Les antihéros des Bouchers Verts entrent dans ce schéma banal. Ils vont acheter les murs d’une boucherie, consolider leur emploi et charcuter.

Leur créneau? La viande bio, d’où de jolis uniformes vert pistache/tilleul et leur surnom de Bouchers Verts.

Ces deux professionnels de la viande, Svend (Mads Mikkelsen) et Bjarne (Nijolaj Lie Kaas) ne sont cependant pas comme tous les artisans. A la différence du boucher de votre quartier, Svend et Bjarne sont prêts à laisser des gens mourir ou à les tuer pour vendre leur chair délicate et marinée sous le nom de « volaillettes ».
Ces volaillettes bio – préparées à partir de vrais morceaux d’Humains élevés au grand air – deviennent une délicatesse très prisée dans le voisinage. Cela tombe bien, c’est la pleine saison des barbecues.

L’homme est un loup pour l’homme

Quand Les Bouchers Verts sort en salle, le thème d’une entreprise faisant son chiffre d’affaire sur l’anthropophagie n’est ni inédit ni innovant.
De Sweeney Todd à Delicatessen en passant par Soleil Vert, la prospérité cannibale comme métaphore d’une société violente et absurde est déjà un poncif.

Ce qui fait tout le charme du film danois réside dans ses personnages principaux naïfs et blessés répondant par la violence.
Lâches à l’encontre de leur ancien patron tyrannique, ils n’hésitent pas à laisser leurs frustrations frapper les mauvaises personnes. Ce, avant d’assumer leur étiquette de bouchers sadiques – option Gaspar Noé – et de se débarrasser d’êtres humains qui n’auront jamais été aussi bons que morts.
Mads Mikkelsen et son look rappelant Lon Chaney dans Le Fantôme de l’Opéra porte véritablement le film alors que les intrigues secondaires (la romance, la résurrection d’un frère) sont resserrées autour de Nikolaj Lie Kaas.

Les Boucherts Verts perd alors de son mordant. Ce qui était une galerie de personnages hauts en couleurs se perd dans un scénario sans punch.
Manquant de rythme vers le dernier tiers du film et ce malgré un fort potentiel d’humour noir déjanté, Les Bouchers Verts est un film danois pour ceux qui savent encore sourire de leur consommation excessive de chair fraîche et pour les végétariens convaincus que la mise à mort d’être vivants pour notre bien-être n’est plus une option acceptable.


recherches populaires

Commentaire sur “Les Bouchers Verts {De grønne slagtere}, Anders Thomas Jensen

Les commentaires sont fermés.